article de fond, Bain d'arrĂȘt

PROVOKE 🖋

PROVOKE l’effervescence

par Sophie Cavaliero et Valérie Douniaux (article écrit pour artpress N°437)
Temps de lecture ⏰

30 minutes

Evoquer l’aventure du magazine Provoke exige du lecteur occidental d’aller bien au-delĂ  d’une lecture « passive » classique, la dĂ©couverte de la production photographique japonaise s’Ă©tant faite en France dans un Ă©vident dĂ©sordre chronologique, au grĂ© des Ă©changes, expositions ou publications parvenus jusqu’Ă  nous. Il a semblĂ© alors vital de restituer l’évĂšnement dans son contexte politique, social et Ă©conomique avant de le contextualiser dans une pĂ©riode artistique commençant dĂšs les annĂ©es 1950.

Le Japon connaĂźt un fort essor Ă©conomique et industriel au cours des annĂ©es 1960. Dans le domaine de la photographie, la production de matĂ©riel se dĂ©veloppe et, avec elle, la pratique, professionnelle comme amateur. Les marques japonaises se font connaĂźtre Ă  l’Ă©tranger : Canon, qui lance sur le marchĂ© son premier reflex, au dĂ©but de la dĂ©cennie 1960; Nikon, dĂšs la guerre de CorĂ©e, par le biais des reporters internationaux basĂ©s Ă  Tƍkyƍ, ou grĂące Ă  son partenariat avec la NASA pendant l’Ă©popĂ©e de la conquĂȘte de la lune. La scĂšne photographique japonaise est d’ailleurs dominĂ©e Ă  cette Ă©poque par le photojournalisme avec des figures emblĂ©matiques telles que Ken Domon, Ihei Kimura ou Yƍnosuke Natori.

Terminons en soulignant que les membres de Provoke et de son prĂ©dĂ©cesseur Vivo n’ont pas Ă©tĂ© les seuls Ă  dynamiser la photographie japonaise de leur temps, et l’on peut Ă©galement citer la mouvance Konpora (Contemporary Photography), se plaçant Ă  l’opposĂ© de Provoke, avec des photographes adeptes de la « banalitĂ© » et de la « neutralitĂ© » des images, tels que Kiyoshi Suzuki, Shigeo Gochƍ, et Masahisa Fukase, qui bĂ©nĂ©ficient tous aujourd’hui d’un regain d’attention.
NĂ©anmoins, l’importance historique du magazine Provoke demeure indĂ©niable, d’autant plus Ă©vidente avec le recul du temps. Provoke fascine encore et inspire aujourd’hui la jeune gĂ©nĂ©ration de photographes.

NB des auteurs

Cet article est extrait du magazine artpress n°437 – octobre 2016 en rĂ©fĂ©rence Ă  l’exposition ENTRE CONTESTATION ET PERFORMANCE – LA PHOTOGRAPHIE AU JAPON 1960-1975, prĂ©sentĂ©e au BAL Ă  l’automne 2016, en fournit un tĂ©moignage Ă©vident.

Pour en savoir plus sur cette exposition : cliquer ici

Sinon n’hĂ©sitez pas Ă  visionner la vidĂ©o du BAL

Partager..