article de fond, Bain d'arrĂȘt

Photographie et catastrophe 🖋

Représentations post-11 mars 2011

par CharlĂšne Veillon
Temps de lecture ⏰

30 minutes

Pour Ă©couter la lecture de cet article

Le 11 mars 2011, le Japon a connu une des pires catastrophes de son histoire, mĂȘlant sĂ©isme, tsunami et accident nuclĂ©aire. Le jour mĂȘme, presque simultanĂ©ment, nous avons tous – Japonais et Ă©trangers – assistĂ© impuissants Ă  une dĂ©ferlante d’images apocalyptiques, diffusĂ©es en boucle sur les Ă©crans tĂ©lĂ©visĂ©s ou sur Internet.
Dans les jours qui ont suivi le dĂ©sastre et jusqu’à aujourd’hui une dĂ©cennie plus tard, nombreux sont les artistes qui ont Ă©prouvĂ© le besoin de se rendre sur place pour ensuite attester Ă  travers leur crĂ©ation de la rĂ©alitĂ© de l’inimaginable. Chacun souhaitait faire de son Ɠuvre un « Ă©cho » Ă  la catastrophe et Ă  ses consĂ©quences, sans toutefois savoir comment s’y prendre. Car dans une telle situation, rien ne semble adĂ©quat, rien ne peut consoler

Quel pouvoir l’art, et plus particuliĂšrement la photographie, peut-il donc avoir face Ă  un tel dĂ©sastre tant Ă©conomique qu’écologique et humain ? Quand et comment la photo japonaise s’est-elle confrontĂ©e pour la premiĂšre fois au dĂ©fi de la reprĂ©sentation de la catastrophe ? Voyons quelles rĂ©ponses les photographes du XXIe siĂšcle ont pu apporter Ă  la question du potentiel de l’art face Ă  la catastrophe.

LĂ©gendes

ill.1 – Naoya Hatakeyama, Rikuzentakata / Takata-cho 2011.5.2, 2011 C-print © Naoya Hatakeyama

ill.2 – Takahiro Yamashita, sĂ©rie Iwaki, Fukushima, 20/03/2011 © Takahiro Yamashita

ill.3 – Yuki Iwanami, Threads in the dark © Yuki Iwanami

ill.4 – Yoi Kawakubo, If the Radiance of a Thousand Suns were to Burst at once into the Sky I, 2016, unexposed colour photographic film buried under soil in radioactive location © Yoi Kawakubo

 

Partager..